Nature, cours d'eau, étangs

La Lande de la Saumagne

En accord avec les habitants de La Saumagne, très attachés à ce vaste bien de section, l'équipe municipale de Saint Maurice la Souterraine (23) a signé le 19 août 2005 un bail de 18 ans confiant au Conservatoire des Espaces Naturels du Limousin la responsabilité de la gestion de ce milieu naturel remarquable.
Le Conservatoire des Espaces Naturels du Limousin est une association qui intervient sur l'ensemble de la région Limousin pour la préservation et la gestion des milieux naturels remarquables de la région.
Avec leurs 14 ha, les landes de la Saumagne représentent près de 25 % des surfaces de landes encore présentes dans la Marche Creusoise. Lors de l'intervention du CREN en 2006 ces landes étaient fortement dégradées par le développement de la Fougère aigle et d'autres ligneux (Bourdaine, Bouleau). Néanmoins, les lambeaux encore en bon état présentaient une diversité floristique caractéristique de landes de basses altitudes du Limousin.
La période 2006 - 2007 a été consacrée à la mise en place du plan de gestion du site. Ce travail d'étude permet de faire le bilan de l'ensemble des connaissances écologiques du site et de définir un plan de travail pour aboutir à la restauration du bon état écologique de la lande.

En Mars 2007, un premier chantier a été organisé avec les habitants du village et de la commune afin de nettoyer une décharge sauvage et de restaurer une mare.

Par la suite, deux tranches de travaux ont été organisées (hiver 2008/2009 et hiver 2009/2010) afin de remettre en état 6 hectares de lande fortement dégradée et de poursuivre la recréation d'un réseau de mares au sein d'anciennes carrières d'argile. Les opérations menées sur ces landes ont été lourdes car les milieux étaient très abimés. Il a fallu retirer une partie importante de la végétation ligneuse colonisant la lande ainsi que la plus grande partie de la litière produite par les fougères. L'objectif était de revenir au sol nu pour favoriser la germination des espèces végétales typiques de la lande (Bruyères, Ajoncs).

Les premiers résultats de ces lourds travaux sont très prometteurs : la lande se développe à nouveau sur le site et de nombreuses espèces végétales remarquables prospèrent ou sont réapparues. Une des plus remarquables est la Drosera à feuilles intermédiaires (Drosera intermedia) petite plante carnivore protégée au niveau national, qui pousse sur les suintements d'eau. Le site héberge également une des très rares stations Creusoises d'une fougère exceptionnelle : l'Ophioglosse vulgaire, aussi nommée " Langue de serpent ". Les mares sont le lieu de vie d'espèces végétales des milieux de tourbières comme les Sphaignes (sorte de mousse) ou le Millepertuis des Marais, rare dans ce secteur du département. Le Sonneur à Ventre jaune, petit crapaud protégé à l'échelle Européenne, s'y est rapidement installé.

La première phase de travaux est maintenant terminée, la lande s'épanouit progressivement, la prochaine étape consistera à mettre en place un entretien le plus adapté à ce milieux afin d'en maintenir l'importante biodiversité et même de la développer.
Le retour des brebis serait la meilleure solution à tous points de vue.


Etang de Vitrat et Bois de Bessac

Situé au nord ouest du département de la Creuse, sur la commune de Saint-Maurice la Souterraine, le secteur de Vitrat abrite encore une série de milieux naturels remarquables dont le cœur est constitué par un très vieil étang et les marais qui l'entourent. La Brame, qui alimente ce plan d'eau, n'est qu'à quelques kilomètres de ses sources situées dans le Bois de Margot sur la commune de la Souterraine. Elle est la dernière rivière limousine affluente directe de la Gartempe.

Ce site était connu de longue date par les naturalistes limousins, son intérêt a été confirmé lors de l'étude préalable à la mise en place du programme "Loire Nature".

Le Conservatoire Régional des Espaces Naturels intervient sur ce site grâce à un bail de 9 années signé avec la propriétaire, Madame DUNET qui fait aussi partie des ayant droit des biens de section du village de Vitrat. Ces derniers occupent le remarquable button granitique du Peu de l'Age ou Peu de Vitrat situé devant la chaussée de l'étang et qui compose avec l'étang et son marais la ZNIEFF n°902 "Etang de Vitrat". Ils relèvent du régime forestier par décision de la commune de Saint Maurice la Souterraine et font partie des sites pour la gestion desquels une concertation est mise en place dans le cadre de la convention qui lie l'Office National des Forêts et le CREN Limousin.

Proche du carrefour de l'autoroute A20 et de la Route Nationale 145 la zone connaît un certain développement économique et démographique qui contraste quelque peu avec la tendance moyenne du département. Tout ceci exerce une certaine pression sur des milieux également soumis à une agriculture assez dynamique.

La préservation des zones naturelles encore remarquables de ce point de rencontre entre les anciennes provinces de la Marche et de la Basse Marche revêt donc une importance particulière.

Terminons par le nom de "Vitrat', dont l'étymologie recèle la substance même de ce qui fait l'intérêt culturel et naturel du site : "Vitrat", ou "Vitrac" comme on l'orthographiait auparavant, est probablement issu d'un nom latin de personne "vitracum"; mais c'est également l'ancien nom d'un petit oiseau, le Traquet Pâtre (ou Tarier Pâtre) qui fréquente logiquement le voisinage des troupeaux, et particulièrement les secteurs de landes et de pelouses assez basses avec des buissons épars. Le Peu de Vitrat était donc un lieu de prédilection pour lui lorsqu'il était parcouru par les brebis et les vaches !

Le nom de genre "traquet" fut quand à lui donné "par analogie auditive avec le traquet du moulin, morceau de bois qui passe à travers la trémie et qui, actionné par une corde, fait tomber le blé sous la meule avec un bruit de choc répétitif, lequel ressemble au cri de l'oiseau", (selon P. Cabard et B. Chauvet (2003). On sait que l'étang alimentait un important moulin situé juste au pied de sa chaussée. Les auteurs nous rappellent aussi que l'on qualifiait de "traquet de moulin" les personnes atteintes d'incontinence verbale...